jeudi 18 avril 2013

L'objet de la connaissance


      L’homme est-il autonome ? Peut-il, -selon le sens étymologique du mot « autonome »-, fixer sa propre loi, ses propres normes, c’est-à-dire définir de lui-même ce qu’est la Vérité ? Ou inversement, la connaissance du vrai doit-elle émaner de l’extérieur, et constituer ainsi une transcendance, indépendante de la subjectivité humaine ? (suite de l'article)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire