lundi 15 avril 2013

Fraternité


En 1789, la France, est mue par les violentes évolutions de tous les aspects de la société, tant politiques que sociaux, et invoque ainsi divers devises républicaines. La Révolution, victime du génie militaire bonapartiste ou des volontés royales européennes, ne saura s'asseoir durablement et si l'esprit de la Nation change, son corps reste le même, malmené par l'absolutisme. Mais, l'âme révolutionnaire aux volontés souveraines du peuple se réveille et, tambour battant, fusil fumant, se déverse dans les rues de la capitale en 1848. Et c'est lors de cette même révolution, souvent occultée mais non moins importante - abolition de l'esclavage, suffrage universel masculin… -, que la devise "Liberté, Egalité, Fraternité" est durablement définie comme principe de la République, lumières politiques et morales de la Nation. Mais, cette devise semble marquée par une fracture, une dissension au niveau du sens, du fond. En effet, il existe un décalage entre d'une part "Liberté, Egalité", et d'autre part : "Fraternité". Et, c'est ce en quoi réside tout l'intérêt de ce terme mystérieux, informe et matériel, admirable et décevant, adoré et haï. (suite de l'article)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire