dimanche 26 mai 2013

Comprendre un livre? 

             Nous, lecteurs, enchaînons les lectures à un rythme endiablé –variant toutefois en fonction des individus-, si bien que Rousseau évoque dans le début de ses Confessions la frénésie de ses lectures : « La bibliothèque de ma mère épuisée, on eut recours à la portion de celle de mon père qui nous était échue ». Mais, la littérature ne pouvant être considérée comme un objet de consommation usuel, interrogeons-nous posément sur la légitimité de notre attitude : de quel droit nous permettons-nous de passer d’une lecture à une autre ? Nous prétendons avoir compris la première, mais que signifie au juste « comprendre une œuvre » ? (suite de l'article)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire