mercredi 28 août 2013


Immanence et transcendance dans la tradition philosophique

                Personne ne se complaît pas dans ses horizons. Ni même l’homme. Le mythe d’Adam est à ce titre très significatif, puisque le premier homme avait pour seule limite de ne pouvoir manger les fruits d’un arbre spécifique. Aussi infime que pût être cet interdit, Adam –entraîné par Eve- refusa de se résigner dans sa finitude, et brava l’interdit que lui avait assigné Dieu. Ce récit, sur lequel s’ouvre la Bible, renseigne sur la volonté relative à l’homme d’accéder à ce qui le dépasse, qui ne porte d’autre nom que la transcendance. (suite de l'article)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire